Mars ’21 : Commission vélo ou voyage au Congo ?

Consultation des riverains des avenues Parmentier/Grandchamp et Madoux/Orban à Woluwe-Saint-Pierre
Mars ’21 : Consultation des riverains des avenues Parmentier/Grandchamp et Madoux/Orban
10 mars 2021
Alexandre Pirson dans la province du Nord-Kivu (RDC)

En plein Covid-19, Alexandre Pirson part au Congo pour renforcer les liens de la commune de Woluwe Saint-Pierre avec le Nord-Kivu (RDC)

Interpellation prévue lors du Conseil Communal du 30 mars :

Monsieur l’échevin Alexandre Pirson,

La déclaration de politique générale prévoit en page 15 de “Créer une commission vélo visant à associer les cyclistes à l’ensemble des décisions liées à la pratique du vélo“. 

Je félicite votre prédécesseur et vous-même d’avoir tenu vos engagements en créant il y a deux ans cette commission vélo: c’est une excellente décision d’associer étroitement les cyclistes quotidiens aux décisions prises en matière de mobilité et de travaux publics.

Je m’interroge toutefois sur l’importance que vous accordez réellement au travail réalisé bénévolement et avec cœur par la dizaine de citoyens membres de cette commission vélo. Je souhaiterais en effet mettre en exergue deux dossiers abordés dans le cadre de la commission vélo : le placement d’arceaux et la rénovation de la rue du Bemel.

Concernant le placement d’arceaux, alors que 13 des 19 communes bruxelloises ont introduit en 2019 une demande de subsides pour développer le stationnement vélo sécurisé et non-sécurisé, bénéficiant en moyenne de 19.908 €/an de subside, la commune de Woluwe-Saint-Pierre s’est abstenue d’introduire un dossier.

Grâce notamment à ce subside, la commune d’Etterbeek a depuis lors développé son offre de stationnement vélo avec 750 arceaux supplémentaires qui représentent 1.500 places.

Ce n’est que très récemment que notre commune aurait finalement introduit une demande de subside pour installer … 24 arceaux à vélo sur tout Woluwe-Saint-Pierre. Ceci me paraît bien peu quand on sait que le subside pouvant être obtenu permettrait d’en installer plus d’une centaine par an et que la commission vélo a identifié, photos à l’appui, plus de 150 emplacements répartis sur le territoire communal.

Concernant la rénovation de la rue du Bemel, la commission vélo a formulé en février 2020 des propositions concrètes et détaillées d’aménagements de la voirie et des trottoirs visant à sécuriser les déplacements des piétons, des PMR et des cyclistes. Six mois plus tard, les trottoirs de la rue du Bemel ont été rénovés sans qu’aucune des propositions formulées par la commission vélo ne soit implémentée.

J’ai donc plusieurs questions pour vous reprises en trois points :

1. Pourriez-vous nous détailler les décisions concrètes qui ont été prises au cours des deux dernières années en suivant un avis formulé par cette commission vélo ? 

2. Pourriez-vous nous expliquer pourquoi la dernière commission vélo prévue par vidéo conférence le 17 mars de 17h à 18h30 a été annulée deux jours avant celle-ci ? Selon les informations communiquées aux membres de la commission vélo, vous deviez vous rendre en urgence en “voyage de coopération au développement en république démocratique du Congo”. Vouloir aider à digitaliser le recensement de la population dans cette province du Nord-Kivu est certes une cause louable mais cela nécessitait-il dans le contexte actuel un déplacement sur place en urgence? Vu le contexte sécuritaire difficile sur place, les voyages dans cette région du Congo sont actuellement strictement déconseillés par le Ministère des Affaires étrangères. De plus, vu le contexte sanitaire en Belgique qui est très préoccupant, les voyages non-essentiels à l’étranger sont actuellement interdits au commun des mortels. Est-ce que ce voyage au Congo était vraiment essentiel, d’autant plus qu’il ressort de photos publiées sur internet que les règles de distanciation sociale (notamment le port du masque en intérieur alors qu’il est obligatoire en RDC tout comme ici) n’ont pas été respectées ? N’est-ce pas le rôle des politiciens de montrer le bon exemple ? N’aviez-vous pas la possibilité de discuter avec vos homologues congolais par vidéoconférence? Même à supposer que ce voyage était vraiment essentiel et urgent, vous était-il à ce point impossible de rejoindre virtuellement cette commission vélo du 17 mars, qui était organisée par vidéoconférence?  

3. Vu les difficultés budgétaires rencontrées par la commune suite à la pandémie de Covid19, pourriez-vous nous préciser le coût total supporté par la commune pour ce voyage au Congo ?  

D’avance je vous remercie pour vos réponses

Même salle de réunion, mais ambiance “masquée” pour ces deux réunions de travail locales… comme quoi… :